• Daumier au musée de la franc-maçonnerie

    Il vous reste encore quelques jours pour découvrir l’exposition « Daumier ou la caricature au service de la liberté » au musée de la franc-maçonnerie à Paris. Voici l’occasion de découvrir l’œuvre lithographique de l’artiste dans un lieu original où on ne l’attendait pas.

     

    Daumier au musée de la franc-maçonnerie

     

    Pourquoi une exposition sur Daumier au musée de la franc-maçonnerie ?

    Honoré Daumier est originaire de Marseille où il est né en 1808. Témoin de son temps au regard acéré, l’artiste défend également ses idées à travers ses caricatures. Il a côtoyé le milieu maçonnique avec lequel il partage les valeurs républicaines mais il n’a jamais été franc-maçon lui-même, contrairement à son protecteur Alexandre Lenoir. Trouver une exposition sur cet artiste au musée de la franc-maçonnerie reste donc assez étonnant. En revanche, si l’on y regarde de plus près, les sujets traités, ainsi que les personnages représentés, sont étroitement liés à la franc-maçonnerie, qui a connu son âge d’or avec l’avènement de la Troisième République.

     

    Daumier au musée de la franc-maçonnerie

     

    Une exposition concentrée sur les sujets politiques de l’œuvre d’Honoré Daumier

    Cette exposition permet d’explorer l’histoire du XIXe siècle, à travers les caricatures incisives d'Honoré Daumier qui paraissent dans les journaux de Charles Philippon : La Caricature et Le Charivari. Consacrée à l’œuvre lithographique et exclusivement politique de l’artiste, l’exposition est organisée de manière chronologique, suivant le rythme des changements de régime politique et des lois sur la presse et recouvrant la période d’activité de l’artiste : de 1830 à 1872. Liberté relative et censure s’alternent alors. Dès ses débuts, il jouit d’une immédiate célébrité, qui s’accompagne d’ennuis avec la justice puisque dès 1832, il est condamné à six mois de prison pour avoir représenté le Roi en Gargantua. Daumier mourra avant la promulgation de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881.

     

    Daumier au musée de la franc-maçonnerie

    Masques de 1831. La poire symbolise le roi Louis-Philippe au milieu de ministres, de députés et de pairs de France. Lithographie, épreuve sur blanc, d'Honoré Daumier, signée du pseudonyme "Rogelin", La Caricature, 8 mars 1832, n°71, 26,5 x 34,5cm.

     

    Pourquoi aller voir cette exposition ?

    L’œuvre d’Honoré Daumier est accompagnée de quelques lithographies d’autres artistes contemporains comme Traviès, Grandville, Forest et Monnier, ce qui permet une comparaison efficace des différentes manières de représenter les sujets politiques.

     

    Daumier au musée de la franc-maçonnerie

    Une victime de l'ancien système. Henri Monnier, Lithographie, épreuve sur blanc, coloriée, La Caricature, n°1, 4 novembre 1830, 28 x27 cm

    Par ailleurs, cette exposition met en lumière les évolutions du XIXe siècle, période particulièrement riche sur un plan historique, notamment avec le développement de la presse et les débuts difficiles de la démocratie. Quelques pépites jalonnent le parcours d’exposition : une caricature du célèbre peintre Eugène Delacroix à ses débuts, une peinture d’Honoré Daumier représentant la République ou encore les célèbres caricatures de Charles X représenté sous la forme d’une cruche et de Louis-Philippe le « Roi-poire ». Certaines représentations entrent étonnamment en résonance avec les préoccupations politiques actuelles comme par exemple la lithographie montrant Sisyphe qui porte le lourd fardeau du budget.

     

    Daumier au musée de la franc-maçonnerie

    Gare derrière !!!! Dernière caricature d'Eugène Delacroix pour le journal Le Miroir, cette lithographie est une attaque voilée contre la censure. Épreuve sur blanc, papier vergé, publiée le 30 mai 1822, 35,5 x 27 cm.

     

    Daumier au musée de la franc-maçonnerie

    Honoré Daumier, La République nourrit ses enfants et les instruit, huile sur toile, 75 x 60 cm, vers 1848, copie de Jean Mainguy, l'original est au musée d'Orsay.

     

    Daumier au musée de la franc-maçonnerie

    Cruche dont les jésuites se servaient pour leurs approvisionnements. Cette représentation caricaturale de Charles X en cruche sous-entend deux interprétations. Connu pour sa bigoterie, le Roi "alimentait" le parti des jésuites. Mais la cruche est aussi le sot qui n'a pas su comprendre ses contemporains. Lithographie, épreuve sur blanc, de Langlumé réalisée vers 1829/1830, 34 x 24 cm.

     

    Daumier au musée de la franc-maçonnerie

    1830 et 1833. Daumier nous montre ici qu'il n'a fallu que trois années pour que la poire parfaite qu'est le roi lors de sa proclamation en 1830 s'affadisse. Dès 1833, le fruit est gâté, la tête du roi s'enfonce dans sa redingote. Lithographie, épreuve sur blanc, La Caricature, 15 août 1833, n°145, 32 x 24 cm.

     

    Daumier au musée de la franc-maçonnerie

    Comme Sisyphe. Tel Sisyphe, le légendaire roi de Corinthe condamné à faire rouler éternellement un rocher jusqu'en haut d'une montagne, l'année 1869 supporte l'augmentation des budgets de la guerre qui menace la santé économique des nations européennes. Honoré Daumier, lithographie, série "Actualités", Le Charivari, 25 février 1869, 26 x 21,5 cm.

     

    Pour aller plus loin

    Rendez-vous au musée de la franc-maçonnerie ouvert du mardi au vendredi de 10h à 12h30 et de 14h à 18h et le samedi de 10h à 13h et de 14h à 19h. Je vous conseille l’album de l’exposition qui permet de resituer les différentes périodes. Des visites guidées des temples maçonniques sont également organisées pour mieux connaître les symboles et la culture de la franc-maçonnerie.

     

    Daumier au musée de la franc-maçonnerie

    Un des temples maçonniques historiques de Paris.

    « Le BelemDalí fait le mur »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :