• Le Jour et la Nuit d'après Michel-Ange: un chef d’œuvre confidentiel à Saint-Nazaire

     Connaissez-vous le Jour, la Nuit, l’Aurore et le Crépuscule de Michel-Ange ? Ces quatre allégories, sculptées vers 1533, ornent les tombeaux des Médicis dans l’église de San Lorenzo à Florence. Pourtant, il serait possible de voir deux d’entre elles beaucoup plus près d’ici…

     

    Le Jour et la Nuit d’après Michel-Ange : un chef d’œuvre sculpté ultra confidentiel à Saint-Nazaire

    Le tombeau de Julien de Médicis, église San Lorenzo, Florence © Florence Tourisme

     

    Une iconographie complexe et sans équivalent

    D’une très bonne facture, les répliques en marbre blanc d’Italie de Saint-Nazaire sont plutôt fidèles au groupe original de Michel-Ange, réalisé vers 1533 pour le tombeau de Julien de Médicis. Le Jour se présente sous la figure allégorique d’un homme d’âge mur allongé, tandis que la Nuit est une femme sensuelle, à la chair marquée par les premiers signes de l’âge. La torsion des corps est caractéristique de l’œuvre de Michel-Ange. Les sculptures originales restent inachevées : les traits du visage du Jour disparaissent dans la pierre. Au contraire, la sculpture de Saint-Nazaire ne laisse pas transparaître cet aspect non finito : le vieil homme semble tourmenté.

     

    Le Jour et la Nuit d’après Michel-Ange : un chef d’œuvre sculpté ultra confidentiel à Saint-Nazaire    Le Jour et la Nuit d’après Michel-Ange : un chef d’œuvre sculpté ultra confidentiel à Saint-Nazaire

    La réplique du Jour de Michel-Ange à Saint-Nazaire et la sculpture du tombeau de Julien de Médicis (sculpture à Florence © Le Promeneur du Rendez-vous)

     

    La Nuit est très détaillée et accompagnée d’une iconographie sans précédent : un croissant de lune et une étoile sur son diadème, un masque tragique sous le bras gauche, un silex caché dans la main droite, une chouette sous la jambe gauche et une guirlande végétale sous le pied gauche. Les critiques d’art ont fait couler beaucoup d’encre pour tenter de décrypter ces symboles allégoriques. Aujourd’hui, l’histoire de l’art a retenu la thèse de Panofsky. Pour lui, les quatre sculptures des tombeaux de la chapelle Médicis : le Jour, la Nuit, l’Aurore et le Crépuscule, étaient destinées à illustrer le pouvoir destructeur du temps. Cette interprétation semple la plus plausible à la lecture des sonnets de Michel-Ange. Dans l’un d’entre eux, il écrit : « Le Jour et la Nuit parlent et disent : par notre course rapide, nous avons conduit à la mort le duc Julien. Il est donc juste qu’il se venge. Sa vengeance consiste en ce que maintenant que nous l’avons tué, il nous a ravi la lumière et de ses yeux fermés a fermé les nôtres. ».

     

    Le Jour et la Nuit d’après Michel-Ange : un chef d’œuvre sculpté ultra confidentiel à Saint-Nazaire    Le Jour et la Nuit d’après Michel-Ange : un chef d’œuvre sculpté ultra confidentiel à Saint-Nazaire

    La réplique de la Nuit à Saint-Nazaire et la sculpture du tombeau de Julien de Médicis (sculpture à Florence © Fairing.canalblog.com )

     

    Le Jour et la Nuit, œuvres cachées de jour comme de nuit…

    Sculptées entre 1866 et 1868, les répliques du Jour et de la Nuit de Michel-Ange encadraient l’horloge publique placée sur le fronton de l’ancienne gare de Saint-Nazaire. Que sont-elles devenues ? Après la mise en service de la nouvelle gare en 1954, l’ancienne fut rachetée par un entrepreneur qui confia alors les statues à son gendre. Ce dernier les conserva dans sa propriété à Missilac, où elles ont été retrouvées en 1997, alors que tout le monde les pensait perdues. Données à la ville par son héritière, elles sont depuis lors conservées au Parc des expositions et non visibles au public. La restauration de l’ancienne gare pour mettre en valeur le Théâtre inauguré en 2012 aurait été l’occasion pour la Ville de sortir de l’ombre le Jour et la Nuit, mais il n’en est rien. Pourquoi ?

    Nous ne pouvons que spéculer. La municipalité n’a-t’elle pas songé à les remettre à leur place ? Est-ce la faute à une mauvaise communication entre les services municipaux et la SEM* Saint-Nazaire Tourisme et Patrimoine, puisque la Ville a la particularité d’avoir un service patrimoine en gestion autonome ? Est-ce un choix : ne pas exposer pour mieux conserver ? Connaissant les actes vandales infligés à d’autres statues autrefois exposées sur l’espace public**, nous pourrions pencher pour cette dernière supposition. Mais dans ce cas, cela voudrait dire que le Jour et la Nuit sont effectivement dans un environnement adéquat à leur bonne conservation… Jugez-en par vous-même ! Le Parc des Expositions n’est pas clos : les sculptures sont sujettes au gel, au sel apporté par les vents marins et surtout aux fientes d’oiseaux. Ces attaques, sur le long terme, endommagent gravement les œuvres. Avant de les exposer, il faudrait donc les restaurer. Hélas, malgré de multiples lettres d’habitants concernés et les avertissements d’historiens et d’étudiants, aucune mesure n’a été prise pour améliorer la conservation des allégories du Jour et de la Nuit. Par ailleurs, la donatrice avait demandé à ce que ces œuvres soient replacées sur le fronton de l’ancienne gare, ou du moins à proximité. Nous ne pouvons donc que déplorer le choix de la municipalité de ne pas avoir pris en compte cette exigence lors de la rénovation récente  de l’ancienne gare.

     

    Le Jour et la Nuit d’après Michel-Ange : un chef d’œuvre sculpté ultra confidentiel à Saint-Nazaire

    Le Parc des Expositions : lieu de conservation des sculptures non exposées

     

    *Une SEM est une Société d’Économie Mixte crée par les collectivités locales pour gérer une activité d’intérêt public en régie autonome. Créée en 2009, la SEM Saint-Nazaire Tourisme et Patrimoine a pour effet de simplifier la gestion budgétaire des établissements culturels concernés (Écomusée et Escal’Atlantique), mais scinde en deux le pôle Culture et éloigne le Patrimoine de la politique municipale.

    **À Saint-Nazaire, les sculptures sont régulièrement victimes de vandalisme, parfois très violent. La célèbre statue de Jacques Tati, située sur la plage de Monsieur Hulot à Saint-Marc-sur-Mer, a reçu de nombreux coups de marteaux sur le visage et la pipe a été arrachée seulement 72h après son inauguration. Lorsque la pipe fut enfin replacée et la tête remise en état, un vandale a volé la nouvelle pipe, 48h seulement après son remplacement. L’Épave a été l’objet d’un véritable acharnement : l’homme a été décapité, les membres des autres personnages découpés, des projections de peintures ont abîmé l’ensemble et des tags injurieux ont été inscrits sur le socle. Cette œuvre est aujourd’hui remisée au Parc des Expositions. L’Adolescente de Baujault a subi un sort semblable dans les années 1930. Cette sculpture en marbre déchaînait les passions : des journaux racontent qu’un homme en était tombé amoureux et venait la regarder derrière les grilles du square toute la nuit. Des catholiques extrémistes l’auraient décapitée et jetée dans un puits où elle se trouve probablement encore puisque nous avons perdu toute trace d’elle depuis lors.

     

    Le Jour et la Nuit d’après Michel-Ange : un chef d’œuvre sculpté ultra confidentiel à Saint-Nazaire

    L’Épave de Bourlange au Parc des Expositions

     

    Pour aller plus loin

    Rendez-vous à l’Écomusée de Saint-Nazaire pour demander un accès au Parc des expositions et voir par vous-même ces œuvres ainsi que d’autres sculptures subissant le même sort.

    Vous pouvez également consulter le dossier de ce groupe sculpté aux Archives municipales de la Ville situé dans l’Hôtel de Ville, du mardi au vendredi, entre 13h30 et 17h30. Vous pourrez notamment avoir de plus amples informations sur les interprétations de l’iconographie de la Nuit. Si vous voyez des similitudes avec ce qui est écrit ici, c’est parce que j’ai constitué les dossiers des œuvres et rédigé les fiches lorsque j’ai fait l’inventaire des œuvres sur l’espace public pour la Direction de la Culture en 2011.

    N’hésitez pas à écrire des lettres à Monsieur le Maire de Saint-Nazaire pour relancer la question du devenir des statues entreposées au Parc des expositions : tous les courriers sont lus et archivés.

     

    « Le mur de Planck : une foule géante à Nantes !Claude Ponti et le poussin endormi »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    damis
    Lundi 28 Septembre 2015 à 14:38

    Ouais, ouais. On peut le dire c't'un bon tarticle

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :